Emploi des seniors : la CGPME monte au créneau

Publié par La rédaction le

Je m'abonne
  • Imprimer

Faciliter le maintien ou le retour à l'emploi des seniors, voilà l'objectif de la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME), qui a remis, fin juin, une liste de propositions à Xavier Bertrand, ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité. « Au fil des ans, salariés et dirigeants se sont persuadés que travailler après 55 ans relevait de la gageure », regrette Jean- François Roubaud, président de la CGPME. Pour lui, la situation n'est pourtant pas irréversible.

Jean-François Roubaud, président de la CGPME.

Jean-François Roubaud, président de la CGPME.

Aujourd'hui, le taux d'emploi des 55- 64 ans atteint 38 % en France (contre 54 % dans les années soixante-dix), soit 5 points de moins environ que la moyenne européenne. La Confédération suggère donc de supprimer les dispositifs qui freinent le développement de l'emploi des seniors. Dans le collimateur : le départ anticipé pour carrière longue (départ à partir de 56 ans à condition d'avoir 42 ans de cotisations), la dispense de recherche d'emploi liée à l'âge et les règles de limite d'âge, notamment dans la fonction publique. Jean-François Roubaud mise également sur le tutorat. Il préconise « l'instauration d'un dispositif incitatif couplant l'embauche d'un jeune avec le maintien du poste d'un senior tuteur ». Le financement (indemnisation et formation du tuteur) serait assuré grâce à une imputation de la contribution de 0,50 % destinée à la professionnalisation. Autre proposition majeure : renforcer la surcote par un accroissement de l'incitation financière. Il s'agirait de majorer de 5 % par année travaillée supplémentaire la pension des personnes ayant les annuités nécessaires pour bénéficier d'une retraite à taux plein mais qui poursuivent leurs activités au-delà de l'âge légal. Enfin, la CGPME souhaite que la réglementation du cumul emploi retraite soit assouplie. « Il est nécessaire de supprimer le délai de carence de 6 mois imposé au salarié qui, après avoir fait valoir ses droits à la retraite, veut retravailler avec son ancien employeur. »

Je m'abonne

La rédaction

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Sur le même sujet