En ce moment En ce moment

Nysa : les bons vins font le bon business

Publié par Céline Tridon le - mis à jour à
Nysa : les bons vins font le bon business

Les caves Nysa, 52 boutiques en France, ne cessent d'agrandir leur réseau. Leur pari ? Séduire une clientèle jeune et citadine, en misant notamment sur un discours décalé et une sélection pointue de vignerons partenaires.

Je m'abonne
  • Imprimer

Une dégustation de rhum ou de liqueur, l'appel du digeo en pleine grève du métro, des punchlines bien senties comme le " canicool " durant la canicule ou une invitation à fêter " Hallo'Wine "... Sur Instagram notamment, les boutiques Nysa jouent la carte du ludique. Le réseau social est à l'image de l'identité que veut défendre le caviste : décalée, originale et jeune, forcément, puisque sa clientèle est composée à majorité de trentenaires.

En boutique même topo, des pictogrammes aiguillent l'amateur de vin vers ses priorités : apéro entre copines, instants festifs... même le personnage de la série éponyme Magnum et sa moustache s'affichent au détour d'un comptoir pour indiquer les plus grosses bouteilles. " Bien sûr, c'est marketing, convient Louis Gad, directeur général de Nysa. Mais c'est aussi ce qui fait notre force. Contrairement à nos concurrents, nous dépoussiérons l'image du caviste traditionnel."

Des cavistes formés aux produits

Cette approche décomplexée du vin se complète d'une sélection pointue de produits, pour la plupart issus de vignerons indépendants. Des producteurs triés sur le volet, que les clients peuvent retrouver d'une saison à l'autre. Pour que l'ensemble fonctionne en synergie, les cavistes sont régulièrement formés sur les produits via une formation force de vente ou un déplacement chez les vignerons, par exemple. Ils peuvent aussi participer à des challenges pour gagner des voyages dans les vignobles ou à un 'fast testing' pour mieux connaitre les nouveautés et nouveaux millésimes.

Un besoin de confiance

La formule de Nysa est ambitieuse, mais bonne : depuis sa création en 2006, le réseau ne cesse de multiplier les ouvertures, notamment ces dernières années. C'est en effet depuis 2014 que la chaine de magasins Nysa a réellement pris son envol, en ouvrant une dizaine de boutiques par an en moyenne. Elle revendique également 40 % d'augmentation de chiffre d'affaires chaque année.

Aujourd'hui, la marque compte 52 points de vente, dont trois en franchises : deux à Lyon et un à Londres. Une nouvelle adresse est envisagée à Bruxelles.

La levée de fonds de 4,5 millions d'euros menée en mars 2019 a pour but de soutenir cette croissance et de rassurer les banques quant aux ouvertures effrénées. Le DG songe d'ailleurs à se tourner davantage vers la franchise. Pourquoi ne pas l'avoir fait plus tôt ? " Parce qu'il faut trouver le bon partenaire, répond Louis Gad. C'est très délicat, nous voulons pouvoir faire confiance à nos franchisés. " Aussi, Nysa propose directement à ses responsables de magasin de se lancer en franchise, après une période de formation. Un bon moyen de faire progresser les collaborateurs tout en s'assurant de se constituer un vivier de partenaires de confiance.

Bientôt, des bars à vin ?

Actuellement, le réseau Nysa compte 110 salariés et la plupart des boutiques sont situées à Paris et en région parisienne. " Cependant, Paris n'est pas extensible ", regrette le DG. Pour 2020, Nysa doit donc chercher d'autres biais de développement : le premier sera la franchise donc, le second l'ouverture éventuelle de bars à vin Nysa à côté de certaines de ses adresses parisiennes qui ont déjà pignon sur rue.

Nysa / LMLD
Caviste
Paris (12ème)
Louis Gad, directeur général, 38 ans ; Louis de Montille, président
SAS ; création en 2006
110 salariés
CA 2019 : 12 M€

Je m'abonne
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

La rédaction vous recommande

Franchiser mon concept : une bonne idée ? Se lancer en franchise : conseils et mises en garde Franchiseur / franchisé : une relation gagnant-gagnant ? Guillaume Gibault : "Je veux défendre l'économie circulaire et locale"

Sur le même sujet