En ce moment En ce moment

Les artisans du bâtiment peu enthousiastes par rapport aux opportunités offertes par le Grenelle

Publié par Claire Poisson le - mis à jour à

La récente étude Cer France sur "les artisans du bâtiment et l'éco-construction" montre un recul de l'enthousiasme des professionnels du secteur vis-à-vis des mesures prises dans le cadre du Grenelle de l'Environnement.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les artisans du bâtiment sont moins enthousiastes qu'en 2010 face aux mesures du Grenelle de l'environnement. C'est ce que révèle l'enquête Cer France / Ipsos*. Un peu plus d'un tiers (35%) des artisans considèrent le Grenelle comme une opportunité en 2011, alors qu'ils étaient presque la moitié (42%) à y voir leur intérêt en 2010.

Les artisans ne craignent pas en revanche les investissements liés au Grenelle. Près des deux tiers d'entre eux (60%) estiment, selon l'enquête Cer France, que les dépenses seront faibles. Un quart seulement craint qu'elles ne soient élevées.

L'éco construction a du mal à prendre

En ce qui concerne les chantiers d'éco construction, 39% des entreprises déclarent réaliser des chantiers "éco construits", un chiffre stable par rapport à 2010 mais qui reste bas. Ce qui s'explique, selon les artisans interrogés, par une faible demande de la part des acheteurs (57%), puis le manque de formation et d'accompagnement (23%) ou encore la difficulté à obtenir des aides financières (23%) ou la nécessité d'investir dans de nouveaux équipements (21%).

Moins d'embauches prévues

Autre grande tendance révélée par le sondage, une baisse de 10% des intentions de recrutement par rapport à 2010. En ces périodes d'instabilités économiques, les artisans restent frileux quant à leurs perspectives de recrutement. Seuls 12% d'entre eux envisagent d'embaucher au cours des deux prochaines années.

La TVA à 5,5 primordiale pour l'activité du secteur

Les artisans se disent également inquiets vis à vis d'une éventuelle hausse de la TVA en 2012. 85% de personnes interrogées considèrent qu'une telle mesure aurait un impact négatif sur leur activité et qu'elle pourrait même entrainer des suppressions d'emplois pour la moitié d'entre eux (49%).

* Enquête téléphonique réalisée par Ipsos du 14 au 27 septembre 2011 auprès d'un échantillon national représentatif de 500 artisans du bâtiment, d'entreprises de 0 à 5 salariés, selon la méthode des quotas.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Travauxlib lève 5 millions d'euros pour financer sa nouvelle identité Marcel Livet, l'artisanat de la glisse Spendesk lève 35 millions d'euros pour maximiser sa croissance à l'international 8 start-up qui bouleversent le secteur du bricolage
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event