En ce moment En ce moment

Etienne Boutan (Heex Technologies) : "La voiture autonome est un marché florissant"

Publié par La rédaction le | Mis à jour le
Etienne Boutan (Heex Technologies) : 'La voiture autonome est un marché florissant'

Heex Technologies est une solution logicielle B to B en SaaS de gestion des données pour la conduite automatisée. Elle permet aux équipes de développement de se concentrer sur le 1% de données importantes, afin de réaliser des gains de temps, d'argent, et in fine d'améliorer leur IA.

Je m'abonne
  • Imprimer

D'où vient l'idée de votre concept ?

L'équipe fondatrice d'Heex Technologies est née de la rencontre d'un entrepreneur qui, durant 7 ans, a créé plusieurs start-up dans le secteur de la mobilité (Bruno Da Silva à gauche de la photo), d'un chercheur spécialiste des véhicules autonomes et directeur du laboratoire de robotique des Mines ParisTech (Arnaud de la Fortelle au centre de la photo), et d'un financier doté de 3 années d'expérience dans la gestion d'actifs et le capital risque (Etienne Boutan, à droite sur la photo).

Après une aventure de 5 ans à promouvoir la location de voitures électriques avec sa start-up Greenlux Car, Bruno a voulu aller plus loin en explorant le secteur des véhicules intelligents et ainsi pallier d'autres problématiques que pose aujourd'hui la voiture. En effet, si la pollution a été un sujet important et régulièrement adressé par l'écosystème start-up, les solutions proposées n'ont eu que très peu d'impact sur d'autres problématiques comme les accidents de la route ou les embouteillages. Tous les trois convaincus par la promesse de la voiture autonome de supprimer les erreurs humaines en se passant du conducteur afin d'améliorer les transports quotidiens, nous souhaitions ainsi unir nos forces pour explorer ce marché.

Très vite, nous avons constaté de multiples freins à la mise en place des véhicules autonomes sur nos routes. Parmi ces freins, le fait que les véhicules génèrent énormément de données. Son processus de traitement est coûteux, chronophage, très complexe et non-durable.

La " big data " s'est alors imposé à nous comme un vrai défi : 99 % des données récoltées par les véhicules autonomes n'ont que très peu de valeur pour améliorer leur IA et l'accumulation des données posent beaucoup de difficultés aux équipes de R&D pour accéder, organiser et identifier les situations importantes. Nous avons alors conclu qu'il fallait se focaliser sur le 1 % restant : la " smart data ".

Pouvez-vous présenter votre start-up ?

Aujourd'hui, Heex Technologies c'est une solution logicielle qui a pour but de faciliter le quotidien des équipes de développement qui travaillent sur les véhicules autonomes.

Nous proposons une approche innovante en 4 temps permettant de détecter, certifier, traiter et distribuer de la donnée importante plus rapidement et avec plus de fiabilité à toutes les parties prenantes grâce à une plateforme en ligne.

En pleine phase d'accélération, nous avons notamment établi des partenariats clés en intégrant les programmes " Autonomous Driving " de Microsoft for Startups et " Inception " de Nvidia, tout en mettant en place des premiers proof of concept avec des acteurs de la mobilité autonome comme Stanley Robotics.

Quel est votre business model ?

Notre solution s'adresse spécifiquement à des entreprises (B to B) et se prête parfaitement au modèle de vente en SaaS afin de créer des revenus récurrents, de fidéliser nos clients et d'avoir une facturation scalable. En effet, il est stratégique pour nous de pouvoir matcher notre facturation avec le nombre de véhicules de R&D qui va exploser lors des 5 prochaines années.

La chaine de valeur de notre business model est donc la suivante : nous développons un logiciel basé sur le cloud avec nos propres équipes de développement. Nous nous appuyons sur des services comme AWS et Microsoft Azure, que nous vendons à travers une gamme d'abonnements mensuels et par véhicule, aux départements R&D des acteurs travaillant sur la mobilité autonome (ex : start-up, constructeurs, équipementiers).

Qui sont vos concurrents ?

Aujourd'hui, il y a un intérêt grandissant autour de la " smart data " et nous avons identifié une dizaine de start-up dans notre environnement compétitif qui développent des technologies similaires.

Néanmoins, très peu de ces acteurs s'attaquent spécifiquement aux véhicules autonomes et nous retrouvons donc en tant que concurrents directs : Peregrine, Teraki et Renovo. Nous ajouterons à ce trio Otonomo, Deepomatic et Anaeko qui ont également chacun exploré certains cas d'applications.

À noter que nous nous différencions sensiblement de la majorité de ces acteurs par la certification des données pertinentes sur une blockchain permissionnée afin de créer plus de confiance et d'efficience dans la distribution de ces données.

Quelles sont vos ambitions pour l'année à venir ?

Pour l'année 2020, les mots d'ordre sont accélération et commercialisation !

En effet, nous avons planifié une première vague de PoC avec Stanley Robotics, puis une deuxième phase de PoC rémunéré avec Nio ou encore Zenuity, dans l'optique de prévoir une commercialisation globale de notre solution courant 2020.

Pour faire effet de levier sur ces débuts de traction commerciale, nous participerons notamment à la finale du Grand Prix ACF à l'Automobile Club de France en avril 2020 ainsi qu'au programme Ubimobility avec Bpifrance et Business France à Détroit et à San Francisco en juin.

Souhaitez-vous lever des fonds ?

En pleine concrétisation de notre traction client, nous planifions un seed entre 2 et 3 millions d'euros à l'automne 2020 pour vraiment lancer notre accélération et nous positionner comme un acteur majeur de la " smart data " pour les véhicules autonomes.

Pouvez-vous nous parler d'un de vos échecs ?

Bien que nous soyons encore au début de notre aventure, nous avons essuyé plusieurs déceptions, notamment sur le fait, dans nos premières tentatives, que nous n'ayons pas réussi à convaincre des personnes à rejoindre notre projet.

Force est d'accepter que beaucoup de personnes ne partagent pas forcément notre enthousiasme quant à la voiture autonome. Nous avons dû changer notre fusil d'épaule en nous focalisant spécifiquement sur des candidats tout aussi passionnés par notre mission !

Quelle est votre plus grande fierté ?

Au-delà de notre sélection dans plusieurs programmes prestigieux, nous sommes heureux de pouvoir travailler avec une équipe rassemblant des personnes de différents horizons qui illustre nos valeurs.

Ainsi, nous avons réussi à convaincre chaque collaborateur de rejoindre non seulement notre entreprise, mais aussi de nous rejoindre dans cette formidable aventure pour tenter de résoudre un problème important qui, à son échelle, pourrait contribuer à l'avènement de la voiture autonome et à l'amélioration de notre quotidien.

Naissance :

Mars 2019.

Nombre de collaborateurs

Une dizaine de collaborateurs basés en France

CA

Objectif de CA de 150k€+ sur le Q3 et Q4 2020.

Heex Technologies est accéléré par Cap Digital qui accompagne les start-up Tech
Je m'abonne
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

La rédaction vous recommande

Mobilité : recomposer son offre de déplacement CES : la voiture autonome au centre des attentions Qui sont les six licornes chinoises de l'IA? Alix Gauthier et Stanislas Gruau (Explora Project) : "Militons contre le sur-tourisme"

Sur le même sujet