Les PME ont-elles besoin des mathématiques ?

Publié par Brand Voice le | Mis à jour le
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?
Les PME ont-elles besoin des mathématiques ?

Pour beaucoup d'entreprises, les mathématiques sont considérées comme une science abstraite et théorique, et leurs champs d'application concrets sont difficiles à percevoir.

Je m'abonne
  • Imprimer

Or, mis au service des entreprises, les mathématiques peuvent les accompagner efficacement dans leurs projets, et les aider à améliorer leur performance.

Si les grands groupes ont depuis longtemps embauché en interne des mathématiciens chevronnés, les PME commencent à franchir le pas, délégant le plus souvent ces spécialisations à des organismes externes. Elles sont nombreuses à s'en féliciter.

Les mathématiques au service des entreprises

Alors que les mathématiciens chercheurs employés par les entreprises étaient une centaine il y a vingt ans, on estime leur nombre actuel à plus de trois-mille.

Une véritable évolution, qui montre clairement que les mathématiques en entreprise sont en train de se généraliser rapidement, et de devenir une évidence pour bon nombre de structures.

La nouveauté réside surtout dans la diversité des secteurs concernés. Si la banque, l'assurance et l'informatique ont, depuis longtemps, pris conscience de l'importance des maths, d'autres secteurs d'activité, plus inattendus, bénéficient également de leur apport.

Les mathématiques intégrées dans les grands groupes

Directeur de production chez Ubisoft, chef de pôle chez RTE, responsable de la modélisation chez Saint Gobain, vice-président chez Atos... Sous des noms très " business " de postes à haute responsabilités, on trouve des chercheurs chevronnés, que tout dans leur parcours destinait à l'enseignement et à la recherche.

Il est fréquent pour les grands groupes de recruter des normaliens dès la sortie de leur thèse, et de leur proposer de mettre leurs connaissances au service de problématiques concrètes.

En effet, quel que soit leur secteur, les entreprises sont souvent confrontées à un grand nombre de données, qu'il s'agit d'exploiter et de traiter efficacement, et ce, quel que soit le secteur d'activité de l'entreprise. Les bénéfices de la modélisation et de la simulation numérique peuvent avoir des résonances aussi concrètes que productives.

Par ailleurs, les qualités des mathématiciens, rigueur et sens de l'exactitude, sont particulièrement prisées des entreprises.

C'est pourquoi, si les passerelles entre recherche et entreprise étaient rares au début des années 2000, elles sont maintenant généralisées.

Les PME dans la tendance

Les PME, de leur côté, prennent également le réflexe de faire appel à des chercheurs pour résoudre leurs problématiques très concrètes.

L'institut IMOSE, intégré à l'université de Versailles Saint Quentin, a été fondé dans cette optique. Laurent Dumas et Christophe Chalons, les deux fondateurs de l'institut, mettent leur expertise au service des petites entreprises, en privilégiant celles qui sont situées dans leur secteur géographique.

Une occasion rêvée pour les PME de mettre, elles aussi, les mathématiques au service de leur productivité.

Les secteurs de spécialisation d'IMOSE ? La modélisation et la simulation numérique, ainsi que l'intelligence artificielle.

" Entre les grandes sociétés et les PME, la logique est différente, explique Laurent Dumas : en effet, lorsque les grands groupes font appel à nous, ils ont souvent déjà conçu un modèle ; notre rôle est de soumettre ce modèle à des données variées, et d'analyser le résultat.

Quand nous intervenons dans des petites structures, nous devons souvent, en premier lieu, concevoir un modèle, c'est-à-dire retranscrire un phénomène en équations mathématiques. C'est ensuite seulement que nous attaquons la phase de simulation, autrement dit que nous confrontons ce modèle aux diverses données.

En résumé, plus la structure est petite, plus nous intervenons en amont et traitons la problématique dans sa globalité. "

Des challenges passionnants, que les deux chercheurs relèvent haut la main : parmi les collaborations réussies entre IMOSE et des PMI-PME, on relève notamment l'exploitation des données fournies par une entreprise spécialisée dans la gestion de stocks des officines, OffiSanté. Les chercheurs d'IMOSE ont utilisé ces données pour établir une cartographie prévisionnelle de la propagation des épidémies.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Sur le même sujet