Medef : son plan de relance post-confinement sur la table

Publié par Mathieu Viviani le - mis à jour à
Medef : son plan de relance post-confinement sur la table
© ©Peter Allan - Interlinks Image

Dans la matinée du jeudi 28 mai 2020, le Medef a partagé, par la voix de son président Geoffroy Roux de Bézieux, son plan de relance économique post-confinement. Consommation, politique de l'offre, soutien à l'emploi des jeunes et compétitivité sont au menu.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Retour de la confiance des acteurs économiques, des décideurs, des entrepreneurs et des consommateurs", le tout, pour"une relance économique française durable". A l'occasion d'une conférence de presse jeudi 28 mai 2020, c'est en ces termes que Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, a résumé l'esprit de son plan pour le redémarrage de l'économie tricolore post-confinement.

Une situation économique très préoccupante

Avec 25% d'activité économique en moins et une chute du PIB de 20% au deuxième trimestre selon les dernières analyses de l'Insee, la France, à l'instar de la plupart des pays dans le monde, connaît un ralentissement économique majeur et sans précédent. Ce constat inquiète le patron du Medef même s'il affirme observer un début de redémarrage : "On voit bien que l'activité a repris depuis le début du déconfinement. Néanmoins, elle est encore très partielle et inégale selon les secteurs. Les perspectives sont très sombres. " Et de planter le clou en ajoutant : " La situation macroéconomique est plus dégradée en France que dans la moyenne de l'Union européenne. "

Pour l'organisation patronale, ce plan de relance est "un catalogue de mesures dans lequel le gouvernement pourra puiser" sans chiffrer pour autant son coût. "Nous ne disposons pas des réglages précis de Bercy sur la relance", justifie son dirigeant.

"Eco-chèques" et soutien de l'emploi des jeunes

Mesure emblématique destinée à relancer la consommation française, l'émission d'"éco-chèques" à destination des ménages modestes. Pensés pour une consommation "vertueuse", les bénéficiaires pourraient les utiliser pour acheter de la nourriture bio, des équipements ménagers économes en énergie ou financer l'isolation thermique de leur logement. Ces "éco-chèques" seraient attribués sous conditions de ressources et en partie financés par la puissance publique.

Autre idée qui touche aussi au volet social : un plan massif pour favoriser le travail des jeunes, "afin d'éviter une génération Covid sacrifiée'', selon les mots du président du Medef. Il explique à ce propos : "Dans les mois à venir, il est évident que le premier réflexe des entreprises sera de garder leur cash, de ne pas investir et de mettre un frein très fort au recrutement, et en particulier celui des jeunes." Le Medef propose ainsi une exonération de 12 mois des cotisations sociales pour la signature d'un premier CDI et une aide d'Etat unique de 10 000 euros pour toute entreprise recrutant avant le 31 décembre 2020 un apprenti. Ceci, quel que soit le niveau de diplôme préparé.

Soutenir la trésorerie des entreprises

Sur un terrain plus attendu, le plan de relance du Medef projette également de soutenir la trésorerie des entreprises. Ceci, via plusieurs leviers forts : un report des échéances fiscales et sociales du mois de juin, un remboursement anticipé de crédits d'impôts antérieurs comme le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et un étalement du remboursement des cotisations déjà reportées. Dans un deuxième temps, l'organisation patronale souhaite renforcer les fonds propres des entreprises en encourageant l'annulation de l'ensemble de ces charges fiscales reportées.

Baisser les impôts de production

Concernant les entreprises du secteur industriel, le Medef intègre à son plan une revendication déjà connue : la baisse des impôts de production. Geoffroy Roux de Bézieux s'est montré ferme sur le sujet : " Nous demandons la mise en oeuvre du pacte productif déjà lancé par le gouvernement, avec la suppression dès 2021 de la C3S (contribution sociale de solidarité des sociétés) et une réduction du taux de CET (contribution économique territoriale), pour un coût total de 5,5 milliards d'euros."

Une alternative aux plans sociaux

Enfin, après avoir félicité l'initiative du gouvernement sur le chômage partiel durant le confinement, le chef du syndicat patronal a relayé une proposition qui s'en inspire : une sorte de " dispositif complémentaire " au chômage partiel afin d'éviter les licenciements et de conserver les compétences. Il précise à ce sujet : " Il s'agit d'une alternative qui permettrait de garder l'ensemble des effectifs mais d'adapter l'activité, donc de faire un temps partiel obligatoire en compensant financièrement les salariés en question."

Une discussion serait nécessaire pour savoir quelle part prendrait l'entreprise, l'Unédic, la formation et éventuellement le salarié dans la rémunération de cette activité partielle. A l'origine, ce système a été imaginé avec l'Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM). "Il est très bien adapté à l'emploi industriel" mais "pas forcément à d'autres secteurs comme le commerce ou le BTP", a tout de même nuancé Mr Roux de Bézieux. Et d'ajouter d'un ton clair : " Il faut une alternative aux plans sociaux, avec du temps partiel imposé dont la perte de revenus serait compensée. "

Ce plan de relance axé sur la politique de l'offre et la compétitivité des entreprise a d'ores et déjà été présenté au ministère de l'Economie. Reste à savoir ce que Bercy piochera dans le panier de la fédération patronale.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Sur le même sujet