Camif : un modèle basé sur la consommation responsable et la production durable

Publié par La rédaction le - mis à jour à
Camif : un modèle basé sur la consommation responsable et la production durable

Dans le livre "Une entreprise responsable et rentable, c'est possible", les deux auteurs, Claire-Agnès Gueutin et Benjamin Zimmer, dévoilent les entretiens de 18 dirigeants qui contribuent à un nouveau modèle économique. Voici celui de Emery Jacquillat, qui a repris la Camif en 2009.

Je m'abonne
  • Imprimer

Camif particuliers, l'entreprise créée en 1947, placée en liquidation judiciaire fin octobre 2008, a été reprise en 2009 par Emery Jacquillat. Il l'a transformée avec succès et en fait en 2017 l'une des premières " entreprise à mission " en France...

La reprise de Camif par Matelsom avec un nouveau modèle

J'ai créé la société Matelsom quand j'avais 23 ans pour vendre de la literie sur Internet et elle s'est développée avec la croissance de la vente en ligne. Quand en 2008, j'ai vu la faillite de la Camif, cela me semblait inconcevable qu'une entreprise de cette qualité puisse disparaître. J'étais convaincu qu'il y avait une place pour un distributeur alternatif dans la grande distribution. Pour cela, il fallait réinventer tout le modèle.

J'ai ressenti très tôt que le seul modèle viable est le modèle d'impact positif basé sur la consommation responsable et la production durable.

Pour reprendre une entreprise qui fait faillite, la principale préoccupation est de retrouver la confiance de toutes les parties prenantes. Il fallait que je démontre que ce nouveau modèle est bénéfique pour chacune d'elles.

? Les clients attendaient des produits de qualité. À sa création en 1947, Camif est la Coopérative des adhérents à la mutuelle des instituteurs de France. Les clients traditionnels de la Camif sont des enseignants très attachés à la langue française (ils ne loupent aucune coquille sur notre catalogue !) et sensibles à la production française.

? Le territoire a été attentif aux emplois recréés par le projet Camif, comprenant l'ouverture d'un centre de relations clients à Niort avec qui nous travaillons encore, grâce à notre partenaire Téléperformance. Cela nous a permis d'avoir l'oreille attentive de tous les acteurs locaux qui nous ont alors beaucoup aidés. C'est grâce à eux que, dans un contexte de crise financière, nous avons réussi à convaincre les banquiers puisque les collectivités locales garantissaient 95 % des emprunts bancaires (aujourd'hui entièrement remboursés). C'est seulement parce que nous proposions un modèle d'impact que nous avons pu obtenir des financements.

Il y a donc un lien direct entre l'impact social apporté par le projet et la possibilité économique du projet.

? Les 200 fournisseurs avaient perdu de l'argent et leurs contrats avec la chute de la Camif. Notre façon de les réengager a été de proposer un modèle alternatif, démontrant qu'une fabrication française peut être rentable. Nous valorisons leurs 48 savoir-faire avec des produits de qualité fabriqués localement. C'était l'inverse des pratiques de la grande distribution qui cherchaient toujours plus loin, toujours moins cher. Les fabricants ont fait le pari de la réussite et ils ont repris leur production. Nous avons relancé Camif uniquement sur Internet, sans les catalogues papier qui coûtaient bien trop cher.

Notre proposition de valeur a rendu le projet viable en capitalisant sur notre différence : le seul acteur qui donne le pouvoir aux consommateurs de rechercher les produits en fonction de critères environnementaux et sociaux. Le visiteur peut sélectionner un sommier selon le département de fabrication, choisir uniquement ceux qui ont un label de développement durable ou encore ceux qui sont produits par des personnes en situation de handicap.

Aujourd'hui, 73 % du chiffre d'affaires reposent sur des produits fabriqués en France, ce qui limite fortement les émissions de gaz à effet de serre. En tout, 96 % des produits vendus sont fabriqués en Europe. Les 4 % restants correspondent à des produits que l'Europe ne fabrique plus, comme les réfrigérateurs. Ma fierté est de renouveler notre clientèle avec des jeunes actifs. Désormais, 80 % de nos clients sont des nouveaux clients. Les jeunes de 25 à 34 ans consomment moins mais mieux. Ils achètent bien plus de produits d'occasion et se libèrent ainsi du pouvoir d'achat pour des acquisitions de produits de qualité avec une attention à leurs modes de fabrication et aux conséquences sur l'économie locale. Pourtant la concurrence du e-commerce est féroce. Pour arriver à ces résultats, nous avons beaucoup travaillé sur l'offre de produits et sur notre raison d'être.

La mission Camif et les externalités

La raison d'être de Camif est de " proposer des produits et des services pour la maison, conçus au bénéfice de l'Homme et de la planète ; et mobiliser notre écosystème, collaborer et agir pour inventer de nouveaux modèles de consommation, de production et d'organisation ". Elle est assortie de cinq engagements pour former sa mission.

1. Informer et sensibiliser les consommateurs pour une consommation responsable

Cela passe par notre moteur de recherche qui permet de sélectionner des produits selon des critères sociaux, environnementaux et locaux ; par la mise en avant des femmes et des hommes qui fabriquent ces produits ; et par des actions coup de poing comme la fermeture du site de vente pour le Black Friday depuis 2017 pour mettre en lumière des alternatives à notre modèle de surconsommation.

Cette dernière action a une valeur, pas une valeur économique mais une valeur en termes d'engagement dans la consommation responsable. Camif est devenue la marque la plus connue des consommateurs sur le sujet de la consommation responsable.

Depuis 2017, de nombreuses entreprises nous ont emboîté le pas pour boycotter le Black Friday. En 2019, ce sont plusieurs centaines d'entreprises qui ont refusé d'y participer. Mais il reste encore du chemin car le nombre de transactions par carte bancaire a encore augmenté de 12,5 % par rapport au Black Friday de 2018, selon le groupement des cartes bancaires. La fermeture de notre site pendant le Black Friday marque un tournant : nous incarnons notre mission de façon concrète !

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Sur le même sujet