Et si vous deveniez une entreprise à impact ?

Publié par Olga Stancevic le - mis à jour à
Et si vous deveniez une entreprise à impact ?

Respectueuse des salariés comme des fournisseurs, impliquée dans son écosystème local, soucieuse de protéger l'environnement, rentable et en avance sur son temps, l'entreprise à impact multiplie les vertus. Aperçu.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Nous enregistrons une croissance de notre marge brute de 11 % par an, sur un marché plutôt à +1 %, et notre turn-over ne dépasse pas 13 %, contre 20 à 21 % dans notre secteur." Dans un sourire, Marion Darrieutort, présidente de l'agence de communication Elan Edelman, narre les bénéfices de la démarche responsable engagée par son entreprise. Son cas n'est pas isolé et les dirigeants dressent généralement le même bilan : notoriété renforcée , engagement et fidélité des collaborateurs, crédibilité lors d'appels d'offres, etc.

Selon un sondage Harris Interactive daté de décembre 2018, 88 % des dirigeants se disent prêts à changer certaines pratiques dans leur entreprise afin d'avoir une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux. Les entrepreneurs peuvent donc donner le la. Mais en commençant par quoi ? L'entreprise "à impact", se caractérise par un engagement en profondeur afin d'influencer de manière positive son environnement et la société. "Il ne s'agit pas juste de corriger les conséquences négatives de ses actes, insiste Marion Darrieutort, également co-présidente de l'association Entreprise et Progrès. Mais d'aller plus loin en adoptant des pratiques bonnes pour la société, et de les inscrire au coeur de son modèle économique."

Autrement dit, le "greenwashing", discours superficiel sur une éco-attitude de surface, est à bannir, au profit d'une approche d'intérêt général, gravée dans l'ADN de l'entreprise.

Amélioration continue

Pour passer d'une entreprise traditionnelle à une entreprise à impact, il est possible de démarrer par une démarche RSE, formalisée dans la norme ISO 26 000. Cette norme n'est pas certifiante, c'est pourquoi des labels sont nés, s'appuyant sur ses directives. Le label Lucie 26 000 s'adresse ainsi à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. "Les entreprises peuvent soit accéder à la communauté Lucie et donc bénéficier d'outils de bonnes pratiques et échanger entre membres et se former, soit aller plus loin et s'engager dans une labellisation Lucie 26 000 dont le référentiel est aligné sur l'ISO 26 000 ", explique Saliha Mariet, directrice des opérations du label Lucie.

L'action repose sur sept piliers : une gouvernance responsable, le respect des individus, la qualité de vie au travail, une éthique des pratiques, des produits et services responsables et un engagement pour l'intérêt général.

Pour l'entreprise candidate, tout va commencer par une auto-évaluation sur les pratiques déjà en cours puis, après un certain accompagnement, des formations et des échanges, l'entreprise peut se faire évaluer sur l'ISO 26 000 par des auditeurs indépendants : bureau Veritas et RSE Val. Enfin, un comité de labellisation indépendant de l'agence Lucie peut délivrer le label Lucie 26 000 pour trois ans, impliquant un audit intermédiaire après 18 mois. Mais surtout, une pratique d'amélioration continue... Hors de question de se reposer sur son label pour ne pas se remettre en cause : on peut toujours faire mieux!

La ressource associative

BCorp, le label américain, se distingue par son caractère international (2 800 entreprises certifiées dans le monde) et fonctionne par points. Les entreprises candidates doivent répondre à 200 critères concernant cinq domaines : la gouvernance, les collaborateurs, les clients, les communautés et l'environnement. Elles décrochent le label si elles dépassent 80 points. "B Corp va au-delà des pratiques "less bad", indique Elisabeth Laville, la fondatrice du cabinet de conseil Utopies, devenu promoteur de BCorp et première labellisée française en 2014. Il s'agit de capitaliser sur le positif pour faire mieux dans un esprit "fun" propre à embarquer les salariés."

Plusieurs associations rassemblent les dirigeants désireux de responsabiliser leur entreprise. "Chez Entreprise et Progrès, nous donnons à nos membres de l'inspiration et des modes d'emploi grâce aux retours d'expérience, au partage d'idées et aux publications pratiques", explique Marion Darrieutort. Autre exemple : l'association Dirigeants responsables de l'Ouest, qui rayonne en Bretagne-Pays de Loire, anime régulièrement des ateliers, par exemple sur l'économie circulaire, et organise des conférences. "Cette année, nous impliquons davantage nos membres, indique Lionel Fournier, président des DRO. Nous lançons 11 chantiers sur des thèmes qui vont de la mobilité à la promotion d'énergies propres en passant par le reverdissement, dans lesquels nos membres sont invités à s'engager, avec des échéances à un an, cinq ans et dix ans." L'idée étant de mettre à profit le savoir théorique acquis, pour s'unir dans des projets concrets.

Lire la suite en page 2 : Dirigeant moteur

Je m'abonne
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event