En ce moment En ce moment

[Dossier] Les futures licornes françaises ne manquent pas d'ambition

Publié par le | Mis à jour le
[Dossier] Les futures licornes françaises ne manquent pas d'ambition
© Studio KIVI - stock.adobe.com

La France compte aujourd'hui une poignée de pépites prometteuses qui pourraient bien devenir des licornes . Les belles levées de fonds réalisées au printemps dernier témoignent de l'ambition de leurs dirigeants et de la confiance des investisseurs.

  • Imprimer

L'Europe compte près de 70 licornes. C'est-à-dire des entreprises technologiques valorisées à plus d'un milliard de dollars, selon la banque d'investissement GP Bullhound. Parmi elles, le suédois Spotify est en tête devant l'Israélien Mobileye et le néerlandais Adyen.

Suivant les nombreux classements publiés, les lignes bougent. GP Bullhound mentionne ainsi trois entreprises françaises : Vente-privée, Criteo et Talend. L'étude, qui s'intéresse aussi aux pépites prometteuses, cite Doctolib et ManoMano. Scality, start-up spécialisée dans le stockage des données qui vient de réaliser un tour de table de 60 millions de dollars au mois d'avril, Shift Technology, qui lutte contre la fraude à l'assurance, et OpenClassrooms, plateforme d'apprentissage en ligne, y sont également présentes, en bas de l'échelle. Mais ces entreprises ne demandent qu'à gravir les échelons. C'est d'ailleurs ce qui semble avoir changé dans le paysage français.

Ainsi, observe Pierre-Olivier Barennes, directeur général de Citizen Capital, fonds d'investissement spécialiste de l'impact investing, "une nouvelle génération d'entrepreneurs est arrivée et elle a des ambitions mondiales". Il faut dire que le contexte est favorable : le numérique autorise un développement rapide à l'international et les fonds sont disponibles. De très beaux tours de table ont été menés depuis quelques mois, confirmant la tendance. ManoMano a levé 60 millions d'euros en décembre 2017. En mai 2018, c'est au tour d'OpenClassrooms de lever 60 millions de dollars. De belles histoires sont en train de s'écrire .

Réenchanter le business

Quelle est la trajectoire des entreprises qui espèrent devenir des licornes ? C'est sûr, elles ne poursuivent pas le trésor de Rackham le Rouge ! Mais semblent partager quelques bonnes recettes. Comme réinventer le monde ou, tout au moins, réenchanter le business en apportant des offres utiles et disruptives.

BlaBlaCar, champion français, a prouvé l'intérêt du covoiturage et a répondu à un besoin réel. Ses petites soeurs lui emboîtent le pas. Chacune dans son domaine. Encore au début de l'aventure, le dirigeant de Klaxoon, solution de travail collaboratif, estime avoir beaucoup à apporter au marché. "Nous délivrons une solution qui permet à la fois d'optimiser le temps de la réunion professionnelle et de favoriser l'intelligence collective. Surtout, nos outils sont à la portée de tous. Nous proposons un produit standard à l'échelle internationale", déclare Matthieu Beucher, p-dg de l'entreprise.

Les jeunes générations, aux commandes des futures licornes, mettent donc du sens dans leur business. C'est le cas d'OpenClassrooms. Pour Laurence Méhaignerie, présidente de Citizen Capital, qui soutient la start-up, "OpenClassrooms a su démontrer qu'il est possible de former des étudiants en ligne, de garantir la proximité par un système de mentoring et de proposer un contenu de très bonne qualité, ouvrant la voie de l'employabilité, à un prix disruptif. Leur action a un véritable impact et répond à un besoin réel".

Résultat, "l'impact social drive l'impact économique", indique Pierre Dubuc, président d'OpenClassrooms. Dans le secteur de la consommation, "la place du reconditionnement, à terme, sera plus importante en volume, que celle du neuf", affirme Thibaud Hug de Larauze, CEO de Back Market, place de marché de smartphones et ordinateurs reconditionnés. Cette vision qui anime les dirigeants de la start-up est partagée par ses investisseurs (Groupe Arnault, Daphni et Thierry Petit, business angel, fondateur de Showroomprivé, Eurazéo). "Plus notre croissance se renforce, plus l'impact de notre activité sur l'environnement est réel. D'où la satisfaction des financeurs et des salariés", ajoute le jeune dirigeant de 30 ans.

Arriver à temps

Sur un marché quasi inexistant, les entrepreneurs doivent néanmoins arriver à temps pour récolter les fruits du modèle qu'ils contribuent à faire émerger. Ils doivent être dans le bon timing ou savoir changer de cap. Car ils peuvent aussi se tromper ou arriver trop tôt. Les fondateurs d'OpenClassrooms ont beaucoup évolué, réorientant plusieurs fois leur business model en conservant l'idéal qui les animait au début : rendre les savoirs accessibles. "Nous avons changé plusieurs fois de modèles économiques avant de caler celui du parcours diplômant avec emploi garanti à la clé", confirme Pierre Dubuc.

Les investisseurs ont suivi, plus sensibles à la qualité des talents qu'au projet lui-même. "Dans les choix que nous faisons, il y a une part d'intuition que nous essayons de baser sur des critères rationnels", confie Jean-David Chamboredon, dirigeant du fonds ISAI, spécialiste des premiers tours de table. "Nous préférons soutenir une bonne équipe qui saura améliorer son projet, l'inverse est plus incertain", précise-t-il.


Véronique Méot

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Digital - Innovation

Par Mickaël Deneux

La cérémonie des Trophées INPI 2018 s'est tenue lundi 10 décembre 2018 au Trianon. Elle a consacré une TPE et deux PME sur un total de quatre [...]

Digital - Innovation

Par Pierre Lelièvre

Les PMI font face à une transformation profonde de leurs activités face au développement du digital et de l'enjeu environnemental. Une opportunité [...]