En ce moment En ce moment

5 idées reçues sur l'innovation

Publié par le - mis à jour à
5 idées reçues sur l'innovation
© Coloures-pic - Fotolia

En matière d'innovation, de nombreuses idées ont la vie dure, y compris au sein des directions dédiées. Voici un florilège de ces a priori qui méritent explication et décodage.

Je m'abonne
  • Imprimer

Au cours de missions de conseil en innovation pour les entreprises, ou à l'occasion d'échanges, les experts ont l'habitude d'entendre des idées reçues sur l'innovation.

Les entreprises " classiques " n'innovent pas...

De façon intuitive, on se dit que les innovations technologiques, de modèles d'affaires et l'adoption de nouveaux usages arrivent par les start-up, que l'accélération de la diffusion des tendances vient de nouveaux médias...Ce n'est pas faux.

Mais si ces acteurs innovants, start-up, médias et leurs acolytes que sont les influenceurs et producteurs de contenus associés, proposent des innovations, ce sont les grands groupes qui imposent la massification des nouveaux usages : les "Gafam" sont les 5 premières capitalisations mondiales, autrement dit de bien vieilles start-up.

Raisonnons par les usages, aboutissement et réalisation de la technologie.

Imaginons une start-up issue de la recherche universitaire et qui développe une molécule révolutionnaire. Nul doute que, sans le soutien d'un laboratoire pharmaceutique, elle ne pourra en assurer l'industrialisation, la distribution et financer les dernières phases d'essais cliniques. Elle peut aussi passer par des levées de fonds massives, pour, in fine, être rachetée par un laboratoire pharmaceutique installé.

Une start-up propose un dispositif connecté qui permet d'alerter en cas de micro-crevaison ou d'usure. Quelle sera l'adoption de cette innovation sans déploiement dans les lignes de Michelin, Goodyear ou Bridgestone ?

En quelque sorte, les entreprises traditionnelles n'innovent dans la rupture que si c'est dans leur ADN, comme les "Gafam", ou que si elles sont soumises à des durées de vie de produits constamment challengées (comme par exemple dans la pharmacie, les SSII/ESN, les entreprises du logiciel, etc.).

Celles, installées, qui se disent innovantes, sont pourtant presque embourgeoisées : elles innovent de façon forcée en sélectionnant le plus en avance possible, une technologie, des modèles ou des tendances qu'elles digéreront pour créer de nouveaux avantages compétitifs et les industrialiser.

Les autres, pour rester compétitives, innovent à leur manière, avec humilité, de façon incrémentale, au contact de la technologie et des besoins de leurs clients.

Donc, "les entreprises " classiques " n'innovent pas...", n'est pas exact : elles se risquent à innover, ou diluent ce risque en s'appropriant une innovation industrialisable, en la perfectionnant.

Il faut faire comme les start-up...

Un avis répandu dans les bureaux des directeurs innovation ou R & D. Pourquoi est-ce une mauvaise idée ?

La première raison, c'est qu'après avoir décodé l'idée reçue précédente, on se rend compte qu'une entreprise établie n'est plus/pas une start-up, et que sa structure est l'inverse d'une start-up - les collaborateurs sont là pour générer une marge dans une organisation, etc.

Certes, les start-up ont, par le succès fulgurant d'une infime part d'entre elles, introduit des méthodes comme celles inspirées du "Design Thinking" et du "Lean start-up". Mais de là à les déployer massivement dans les entreprises, "comme les start-up", il existe des précédents d'échecs retentissants ! Parlez-en chez GE...

La seconde est qu'ils le font déjà.

Les innovateurs, dans les entreprises instituées, ont un comportement entrepreneurial, propre aussi aux start-up en émergence. En effet, porteur de leur innovation, ils adoptent cette fameuse démarche "effectuale" (mise en lumière par Saras Sarasvathy et portée en France par Philippe Silberzahn). Ces quasi entrepreneurs vont " pitcher " leur idée de la machine à café au bureau d'étude ou de R & D en passant par le contrôle de gestion, et à leurs clients, partenaires. Ils confrontent et améliorent leur idée et ses débouchés marché, en les priorisant, en cherchant des ressources à leurs apports...

Souvent les dirigeants et les managers ne se rendent pas compte qu'ils portent l'innovation dans l'entreprise avec les mêmes ressorts qu'une start-up... et qu'ils doivent mettre en place les bons process, inspirés du " Lean start-up ". Ils sont certes agiles, mais surtout ancrés dans leur culture et leur esprit. Donc, oui, on peut faire "comme les start-up", mais pas avec n'importe qui et n'importe quelle méthode.

L'innovation doit être à tous les étages de l'entreprise...

Ce n'est pas tant l'intention qui interpelle, ni la sensation qu'on frôle l'hubris (sorte de démesure dans la Grèce antique), mais le biais qui existe entre l'intention et la réalité de l'entreprise en question.

Les entreprises qui affichent ces valeurs le font souvent de manière incantatoire : personne n'est dupe, mais personne ne le fait remarquer. Le roi est nu !

En effet, une entreprise qui innove, ça se sait. Elle sort de nouvelles offres, gagne des parts de marché, parfois subit des échecs, mais il y a un "roll out" permanent qui positionne l'entreprise comme moteur de son segment, par son dynamisme, son leadership.

Ce n'est pas forcément la plus performante, la plus rentable, mais son ADN d'innovateur est connu. Bien souvent, ça transparaît tellement qu'il est inutile de le communiquer, ou que cela se fait avec un tel naturel qu'il n'y a pas de débat. Ce n'est pas forcément celle qui a le plus gros budget innovation, non plus... En revanche, une forte part de son chiffre d'affaires est consacrée à l'innovation et à la recherche.

Lire la suite



Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Le prix Made in France 2019 dévoile ses gagnants Pacte productif pour le plein emploi : ce que le gouvernement envisage Startup-Stud.io : 2ème saison de son programme d'accompagnement L'Estonie, nouvelle start-up nation

Sylvain Poisson, directeur département stratégie et management de l'innovation d'Ayming

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event